• Soutien à la parentalité

Cela fait maintenant dix ans que la loi consacrant l’autorité parentale conjointe (4 mars 2002) a été votée. La part des enfants en résidence alternée est en augmentation. Pourtant, le maintien de rôles différenciés entre une majorité de pères et de mères, contraste avec la refondation du droit de la famille. Le centre d’analyse stratégique s’est demandé comment favoriser une paternité impliquée et émet quatre propositions, dont deux sont principalement axées sur les professionnels de la petite enfance :
• « Former les parents et les professionnels des secteurs éducatif, sanitaire et social au respect des droits du parent non gardien, en mettant en œuvre une stratégie de sensibilisation à la coparentalité (brochures d’information, portail internet, référentiel indicatif commun). »
• « Favoriser une paternité active en incluant mieux les pères dans les dispositifs d’accueil de la petite enfance (faciliter la participation des pères via une sensibilisation et un objectif de mixité des personnels de ces structures) ; de soutien à la parentalité et de protection de l’enfance. »

L’e-ssentiel, note d’analyse du CAS « Désunion et paternité », octobre 2012, n°294.