• PMI : couverture
« inégale »

Dans son dernier rapport public annuel, la Cour des comptes lance un avertissement plutôt sévère à la politique de périnatalité tout en jugeant urgente sa remobilisation.

L’un des chapitres traite principalement de la prise en charge de la périnatalité par les établissements de soins publics et privés et par la médecine de ville, mais il évoque aussi, à plusieurs reprises, le rôle de la protection maternelle et infantile (PMI), mise en œuvre par les départements. Le jugement de la Cour pointe notamment la « couverture inégale des services de PMI ».

Au total, environ 11 000 agents travaillent dans les services départementaux de PMI, dont plus de 4 000 puéricultrices, 2 300 médecins et 950 sages-femmes.

En matière de consultations prénatales, 40 départements ne respectent pas les normes (quatre demi-journées de consultations prénatales pour 100 000 habitants âgés de 15 à 50 ans), tandis que 20 assurent deux fois plus de consultations que prévu. De même, pour les consultations infantiles, 56 départements n’assurent pas le nombre de séances de consultation minimal (une demi-journée de consultation pour les enfants de moins de 6 ans pour 200 enfants nés l’année civile précédente), tandis qu’une douzaine en offre au moins 50 % de plus.

Le non-respect de ces normes n’est sans doute pas imputable à un manque de moyens selon la Cour. En effet, tous les départements atteignent ou dépassent les normes en matière d’effectifs de puéricultrices (une puéricultrice à plein temps ou son équivalent pour 250 enfants nés au cours de l’année civile précédente) et seuls douze départements n’atteignent pas la norme pour ce qui concerne les sages-femmes (une sage-femme à plein temps ou son équivalent pour 1 500 enfants nés au cours de l’année civile précédente). En revanche, la Cour des comptes relève des écarts « considérables » entre départements.

Face à ces différents constats, la Cour conclut au « besoin d’une réaffirmation du rôle et des missions des services de protection maternelle et infantile (PMI) dépendant des départements ».