• Partageurs par nature, les enfants ?

Et si les enfants partageaient plus facilement leurs jouets lorsqu’ils n’y étaient pas forcés ? C’est en tout cas la conclusion d’une étude américaine publiée le 19 août dans Psychological Science. Celle-ci précise également que récompenser un tout-petit lorsqu’il partage lui laisserait entendre qu’il venait de faire un effort désagréable alors que le laisser faire un choix difficile lui permettrait d’avoir une vision nouvelle et plus positive de lui-même.
Parmi les tests effectués pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont présenté à des enfants de 3 à 5 ans, répartis en trois groupes, une marionnette à l’air triste, nommée Doggie. Le premier groupe a dû faire le choix entre donner une gommette à Doggie ou la garder ; le deuxième a été confronté à un choix moins difficile : donner la gommette à Doggie ou la perdre ; et le troisième n’a pas eu le choix et a dû partager la gommette avec Doggie. Par la suite, les mêmes enfants ont rencontré Ellie, une autre marionnette à l’air triste, avec plusieurs gommettes à partager. Les chercheurs ont alors pu observer que ceux qui avaient choisi de partager avec Doggie se sont montrés plus généreux avec Ellie que les enfants qui avaient eu un choix plus facile à faire ou à qui l’on avait imposé le partage.
Alors… tant vaut-il laisser les enfants décider !