• Capacité d’accueil en progression, inégalités territoriales toujours présentes

Le dernier rapport de l’Observatoire national de la petite enfance, publié mi-novembre, revient sur l’accueil du jeune enfant en 2012. Cette enquête révèle que, si une progression de la capacité d’accueil des enfants de moins de 3 ans est bel et bien constatée, cela ne signifie pas pour autant une réduction des inégalités territoriales.

En s’en tenant à une vue d’ensemble et en prenant en compte tous les types d’accueil, on aboutit au chiffre plutôt positif de 1 260 100 places au 1er janvier 2012 en France. Un chiffre qui équivaut à 52 places pour 100 enfants de moins de 3 ans et rend bien compte de l’amélioration puisqu’en 2008 la France comptait 48 places pour 100 enfants. Mais lorsqu’on y regarde de plus près, on constate que cette hausse n’a pas été la même pour tous les modes de garde : l’accueil chez les assistantes maternelles est celui qui a le plus augmenté entre 2010 et 2011 (+ 6,8 % de places), avec 30,5 places offertes pour 100 enfants de moins de 3 ans ; viennent ensuite les établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) avec 15,8 places (+ 3,4 %) ; l’école maternelle avec 3,9 places (- 15 %) ; et enfin les salariés à domicile, avec 2 places pour 100 enfants.

Mais les disparités les plus importantes sont territoriales. Par exemple, alors que la Haute-Loire offre un taux d’accueil de 85,6 %, celui-ci n’est que de 29,9 % en Seine-Saint-Denis. Un fossé tout aussi important existe entre la métropole, qui affiche une moyenne de 53,3 places pour 100 enfants de moins de 3 ans, et l’Outre-mer, qui en est à 22 places pour 100 enfants. La situation devrait aller en s’améliorant si elle continue à évoluer dans le même sens, tout au moins en ce qui concerne les EAJE : l’enquête précise que 36 % des structures nouvelles ont ouvert en 2009 ou 2010 sur des communes qui n’avaient pas d’EAJE l’année précédente. À suivre.

Boyer D. (coord.), L’accueil du jeune enfant en 2012, Observatoire national de la petite enfance, novembre 2013.